Organisme Formateur agréé par Emploi-Québec - Agrément # 0057911

Le blogue de Solutions & Co.

Le blogue de Solutions & Co.

La communication n’est pas ce que l’on dit – mais ce que l’autre comprend

La communication est un processus complexe. Il ne suffit pas de bien savoir s’exprimer ou d’avoir des bons arguments pour être un bon communicateur. Afin d’expliquer la complexité de la communication, j’utilise souvent la métaphore du « jeu du téléphone » (anciennement le jeu du téléphone arabe). Le principe du jeu est simple : une phrase est chuchotée à l'oreille d'un participant à un autre. Bien que l'objectif du jeu soit de faire passer le message sans le déformer en cours de route, une partie du plaisir est que, quoi qu'il en soit, celui-ci finit généralement par être déformé. Des erreurs s'accumulent à chaque transmission du message, de sorte que la phrase annoncée par le dernier joueur diffère significativement de celle du premier joueur, généralement avec un effet amusant ou humoristique. Ce jeu est exceptionnellement efficace pour démontrer l’échelle de déformation de la communication en action.

La communication est par sa nature source d’ambiguïtés et de distorsions non intentionnelles. Si cela est amusant lorsqu’on joue, ce l’est moins lorsque cette déformation se présente dans les échanges plus sérieux, voire nos communications professionnelles. Combien de fois avons-nous été certain de ce que nous avons dit, et tellement surpris en se rendant compte de ce que notre interlocuteur a compris ou interprété de nos propos? Vos propres expériences vous ont probablement enseigné que ce n’est pas parce que vous l’avez transmis qu’un message est correctement interprété.

Communiquer n’est pas seulement un échange d’information, c’est transmettre un message à une autre personne (ou à un groupe) afin d’être compris. « Communicare » du latin :  Mettre en commun, échanger, partager, se consulter, conférer, participer à… C’est entrer en contact avec une autre personne.

Cela ne peut se faire en solo, une interaction est nécessaire. Toute interaction implique que notre propre cadre de référence soit mis en relation avec celui du récepteur du message, puisqu’il participe à la signification du message émis en fonction de son propre cadre de référence. Comme le mentionne Timm (1980), pour créer des conditions optimales de communication, il importe de se rappeler que « Nous devons nous attendre à être mal compris par au moins quelques-uns de nos interlocuteurs, nous devons nous attendre à mal comprendre les autres; nous pouvons chercher à réduire l’incompréhension, mais nous ne pouvons jamais l’éliminer totalement. Quand nous tenons pour acquis que nous ne serons pas bien compris, nous sommes plus attentifs à faire clarifier, à écouter. Quand nous reconnaissons l’impossibilité d’éliminer toute incompréhension et prévoir toutes les réactions, nous reconnaissons la réalité ».

Les interférences freinent le procédé de communication et sont sources de distorsions, incompréhensions et mauvaises interprétations. Ce sont des barrières à une communication efficace. Plusieurs interférences peuvent survenir aux diverses étapes du processus de communication. Par exemple :

  • Les différences dans le système de référence (langue, âge, culture, éducation, expérience, cadre de vie, habitudes, etc…);
  • Lorsque le message est trop long ou trop dense, l’information est difficile à retenir;
  • Les interférences physiques (les environnements bruyants, les distractions, les interruptions, etc…);
  • L’état interne des interlocuteurs (émotions, attitudes, valeurs, etc…) ou la présence d’observateurs qui peuvent gêner. Ils produisent des « décrochages » ou une paralysie intellectuelle liée au stress;
  • Les distractions mentales telles que des préoccupations avec d'autres sujets et la préparation d'une réponse au lieu d'écouter.

Mais reconnaître les limites de la communication n’exclut pas d’essayer malgré tout d’atteindre la meilleure communication possible. Les efforts doivent viser la réduction des interférences qui brouillent la transmission du message.

Un communicateur efficace prévoit les défaillances possibles dans le procédé de communication et les multiples façons dont le message peut être compris.

La communication repose sur une suite d’actions et de réactions. Le récepteur, comme l’émetteur, est touché par les effets du message. Il peut exister un écart important entre le message émis et le message reçu.  Il est essentiel, lors de nos communications, de se rappeler qu’on n’est pas tout seul dans l’interaction et que le récepteur demeure un élément essentiel de la communication – ce que nous avons communiqué n’est pas ce que nous avons dit, mais ce que l’autre a compris !

  3864 lectures
3864 lectures

Demonstrating Courtesy and Respect in the Workplace

Do good manners at work really matter? Should you really be expected to be polite all the time, or can you bend the rules in the name of efficiency and productiveness? The answers are yes, yes, and no!

Most people don’t intend to be rude or discourteous. In an attempt to be efficient and productive we sometimes forget to consider the impact of our behaviours on our colleagues. Courtesy and respect towards others should be standard behavior in every workplace, regardless of role, rank, stress or circumstances.

The following actions help ensure a respectful, civil, considerate, professional workplace. These might all be evident behaviours for you, but for those that have forgotten …here is a work etiquette 101 crash course:

  • Be cordial – Greet people when you arrive, when you leave, when you pass in the hall or when you encounter them in the elevator. A simple "Good morning", "Hello", "Goodbye" or "Goodnight” will do. Look them in the eye. Make an effort to exchange polite conversation and shake hands when you're introduced to someone. You don’t have to get into a long conversation, but simply acknowledge that a person exists.
  • Be polite – Hold doors (even the elevator) for people. If you're asking for something, or asking someone to do something, say "please." If someone does something for you, or gives you something, say "thank you." Say "Excuse me." if you want someone to get out of your way, if you bump into someone, if you walk between two people having a conversation, or if you need to interrupt a conversation.
  • Be tactful – Avoid being blunt. Say "I'm sorry" if you intentionally or unintentionally hurt someone. Sometimes we are rude or grumpy when we are tired, rushed or having a bad day, and then when we realize we have made a mistake, we are too embarrassed to apologize and we just continue on as though nothing has happened. Don't do that. Take a moment to own up and make verbal amends. Don’t mock or belittle colleagues, not tell offensive jokes that sting.
  • Be considerate – Respect personal space and belongings, don't help yourself to things that aren't yours. Don't barge into someone’s workspace without knocking or announcing yourself, and don't interrupt when other people are having a private conversation. Clean up after yourself. Wipe crumbs from the counter and splatters from the microwave. Replace the ink cartridge, clear the paper jam or fill the paper tray if you are the last one using the printer. Make a fresh pot of coffee if you poured the last cup. Leave the conference room clean when you leave.
  • Be thoughtful – Acknowledge remembrances and celebrations (Birthdays, anniversaries) and be attentive to a colleague’s state of mind and health (Sickness, condolences, personal challenges).
  • Be inclusive – Avoid forming cliques that might exclude people, giving colleagues the silent treatment or speaking to people in a condescending way. Those are forms of bullying. Encourage healthy relationships in the office.
  • Be attentive – Don't check your phone in meetings or when someone is talking to you, not even a peek from time to time. Look at the person who is talking to you, stop texting or typing on the keyboard and turn away from your computer screen. Pay full attention to the person in front of you.
  • Be punctual – Demonstrate professional courtesy by showing up on time and respecting deadlines. Being late sends the message that you don’t have respect for other people's time or schedules.
  • Be neat – Your work, workspace and your appearance should always be orderly. Being untidy, cluttered and unkept sends a message that you don't really care how you look or whether it brings down the professional image of the office.
  • Be discreet – Keep your voice down and your personal phone calls private and wear headphones if you're playing music at work. If you have an open-space set-up don’t have calls on speaker phone. Be a good neighbor!
  • Be gracious – Listen more than you speak. Pay attention when co-workers are talking to you. Don't interrupt people when they're speaking. Let them finish. If you must interrupt, say "excuse me," or if you catch yourself after the fact, say "Sorry for interrupting you." Don’t make personal remarks about someone’s appearance or clothing. Keep judgmental or nasty comments to yourself and avoid gossiping and talking behind someone's back. Sharing credit, humbling asking questions, acknowledging others and smiling all have positive impacts and demonstrate civility.
  • Be decent – Leave the personal grooming for home. Don’t floss, clean your ears, give yourself a manicure, put on make-up or clip your nails at the office. Personal grooming should be done at home or at least in the bathroom.

Demonstrating workplace courtesies, it’s not about simply being nice, it’s about the effect you have on your colleagues and your workplace. Incivility makes people less motivated and decreases work performance whether you are the one experiencing the incivility or witnessing it. Being unaware or uncaring of your behaviour will eventually create an unproductive, toxic and hostile environment. There's no excuse for discourtesy in the workplace. Ralph Waldo Emerson said, “there is always enough time to be courteous.” Take the time. Be mindful of it. The results — a productive, pleasant, creative, helpful, happy and healthy workplace for everyone.

  7187 lectures
Mots-clés :
7187 lectures

Faire preuve de courtoisie et de respect en milieu de travail

Les bonnes manières sont-elles importantes au travail? Devrait-on vraiment s'attendre à ce que vous soyez poli tout le temps, ou bien les règles sont-elles flexibles pour des questions d'efficience et de productivité? Les réponses sont : oui, oui et non!

La plupart des gens n'ont pas l'intention d'être impoli ou peu courtois. La volonté d'être efficient et productif nous fait parfois oublier de prendre en considération l'impact de nos comportements sur nos collègues. Courtoisie et respect envers les autres devrait être un comportement de base en milieu de travail, indépendamment du poste, du titre, du stress ou des circonstances.

Les comportements suivants aident à assurer un milieu de travail respectueux, civilisé, avenant et professionnel. Cela peut vous paraître évident, mais pour celles et ceux qui ont besoin d’un petit rappel… Voici un cours 101 sur l’étiquette au travail :

  • Soyez cordial – Saluez les gens lorsque vous arrivez, lorsque vous partez, quand vous les rencontrez dans les couloirs ou dans l’ascenseur. Un simple « Bonjour », « Salut », « Au revoir », « Bonne soirée » suffit. Regardez-les dans les yeux. Faites un effort pour échanger quelques amabilités et serrez la main d’une personne que l’on vous présente. Pas besoin d’entamer une longue conversation, mais n’ignorez personne.
  • Soyez poli – Tenez la porte aux gens (ou retenez celle de l’ascenseur). Si vous demandez quelque chose ou si vous demandez à quelqu’un de faire quelque chose, dites « S’il vous/te plait ». Si quelqu’un vous donne ou fait quelque chose pour vous, dites « Merci ». Dites « Excusez-moi » ou « Pardon » si vous bousculez quelqu’un, s’il est sur votre passagesi vous passez entre deux personnes qui sont en train de discuter ou encore si vous interrompez une conversation.
  • Ayez du tact – Évitez d’être brutal. Dites « Je suis désolé » ou « Je vous/te prie de m’excuser » si vous avez heurté quelqu’un intentionnellement ou pas. Nous sommes parfois discourtois ou de mauvaise humeur lorsque nous sommes fatigués ou lorsque la journée est difficile, et réalisons alors que nous avons fait une erreur. Mais il arrive que nous soyons trop gênés pour nous excuser et continuons alors comme si rien ne s’était passé. Ne faites pas cela. Prenez le temps d’avouer votre tort et présenter des excuses. Ne vous moquez pas, ne rabaissez pas vos collègues et ne faites pas de plaisanteries qui risqueraient de les offenser.
  • Soyez prévenant – Respectez les espaces et les effets personnels de chacun, ne vous servez pas des choses qui ne vous appartiennent pas. Ne faites pas interruption dans l’espace de travail de quelqu’un sans frapper ou vous annoncer, et n’interrompez pas des personnes ayant une discussion privée. Nettoyez après votre passage. Enlevez les miettes du comptoir et les éclaboussures du micro-ondes. Remplacez la cartouche d’encre lorsque c’est nécessaire, enlevez le bourrage papier ou remettez du papier si vous êtes le dernier à utiliser l’imprimante. Refaites du café si vous vous servez la dernière tasse. Laissez la salle de conférence propre lorsque vous la quittez.
  • Soyez attentif – Souvenez-vous des événements spéciaux (fêtes, anniversaires de travail) et soyez soucieux de la santé et de l’état d’esprit de vos collègues (maladies, deuils, défis personnels), sans être envahissant.
  • Soyez inclusif – Évitez de former des groupes qui pourraient exclure les autres personnes, d’imposer le « traitement silencieux » à des collègues ou parler aux autres de façon condescendante. Ce sont des formes d’intimidation. Encouragez des relations de travail saines au bureau.
  • Soyez attentif – Ne vérifiez pas votre téléphone lors de réunions ou lorsque quelqu’un vous parle, pas même un coup d’œil de temps en temps. Regardez la personne qui vous parle, arrêtez de texter ou de taper sur le clavier et détournez-vous de votre écran d’ordinateur. Accordez toute votre attention à la personne qui s’adresse à vous.
  • Soyez ponctuel – Faites preuve de courtoisie professionnelle en vous présentant à l’heure et en respectant les dates limites. Être en retard envoie le message que vous ne respectez pas l’horaire des autres ou leur calendrier.
  • Soyez ordonné – Votre travail, votre espace de travail et votre apparence devraient toujours être impeccables. Être désordonné, encombré, négligé, envoie le message que votre apparence vous importe peu, même si celle-ci nuit à l’image professionnelle de votre lieu de travail.
  • Soyez discret – Ne parlez pas trop fort, gardez vos appels personnels privés et portez des écouteurs pour la musique. Si vous travaillez dans un espace à aire ouverte, ne faites pas d’appels avec le haut-parleur. Soyez un bon voisin !
  • Soyez courtois – Écoutez plus que vous ne parlez. Prêtez attention lorsque vos collègues vous adressent la parole et ne les interrompez pas. Laissez-les finir. Si vous deviez les interrompre, dites « excuse(z)-moi », ou « désolé de te/vous interrompre ». Ne faites pas de remarque personnelle sur l’apparence de quelqu’un ou sur sa tenue. Gardez les commentaires désobligeants pour vous, évitez les commérages et ne parlez pas dans le dos de quelqu’un. Partagez les honneurs et succès, posez humblement des questions, prenez en compte les autres et souriez : tout cela a des impacts positifs et démontre la courtoisie.
  • Soyez décent – Laissez les soins de beauté personnels pour la maison. Ne sortez ni votre fil dentaire, ni votre coupe-ongles, ni votre nécessaire à manucure. Ne faites pas de séance maquillage ou de nettoyage d’oreilles. Tout cela devrait être fait chez soi, ou tout au moins dans la salle de bains.

La courtoisie au travail ce n'est pas juste être sympathique, c'est aussi l'effet que vous avez sur le monde autour de vous. L’impolitesse démotive les gens et diminue la performance au travail, que vous soyez partie prenante à l’incivilité en question, victime de celle-ci ou simple témoin. Ignorer ou être indifférent vis-à-vis de votre comportement finira par créer un environnement contre-productif, toxique et hostile. Il n'y a aucune excuse à l'impolitesse au travail. Selon Ralph Waldo Emerson : « La vie est courte, mais elle nous laisse toujours du temps pour la courtoisie ». Prenez le temps. Soyez conscient de cela. Les résultats : un milieu de travail productif, plaisant, créatif, serviable, agréable et sain pour tout le monde.

  12012 lectures
12012 lectures

Open Office Environment: How to Make it Work

There is an ongoing debate about the pros and cons of open offices. Some research indicates they are a playground for collaboration, innovation, creativity and camaraderie where ideas flow and problems get solved quickly. On the other hand, newer studies suggest that open offices are a distracting environment, detrimental to productivity and a source of stress, conflict, and turnover. More than ever people in open office environments seem to avoid one another, isolating themselves and using instant messaging or email to interact.

The open office environment began with good intentions, but it is full of distractions and can become a daytime nightmare. People talking while you are on the phone, noisy background when you need to focus, co-workers having loud conversations, people laughing, coughing, screaming, cell phones constantly chirping … Staying focused in a noisy open office is a real challenge.

As companies increasingly adopt an open layout, it is important to develop survival strategies in order to stay productive while avoiding tensions. Here are some suggestions:

Have a team talk

Have a conversation with your manager and your team about how you can all work optimally in an open office. Define together some “agreed-upon” rules and norms.  For example:

  • When one colleague is on the phone, the rest will speak with a low voice.
  • When the phone rings, the conversation stops.
  • Speakerphone conversations should be done in conference rooms.
  • Moving to a different environment when sharing and collaborating.
  • Establish a “earbud code” to signify the level of focus.
  • Use "Library Rules".

Have dedicated "Quiet" Space

Once in a while it’s good to get away to a quiet place within your workspace. Quiet rooms have grown so popular, some companies incorporate dedicated "Private work rooms" within their office layout. While empty conference rooms make for a great quiet space, they are not always available.  Investigate and identify private spaces in your office where you can isolate yourself, to be alone and silent, somewhere you can think and focus free of distraction.

Have a dedicated "Collaboration" Space

When it’s time to collaborate or brainstorm, moving to a different environment can help shift gears. Delegate a larger central “community” table where conversation and ideas can flow freely. And encourage co-workers to go there when chatter amongst neighboring desks begins.

Create a “Virtual Wall”

Use signs and signals —If you frequently require uninterrupted periods of time with which to complete your work, consider making some kind of sign or signal that serve as a visual cue to your colleagues that you’re not to be disturbed unless it’s absolutely necessary.

Purchase a set of noise-canceling headphones – for those times when you are working on something that requires concentration. You can listen to white noise or classical music or whatever it is that helps you feel and perform at your best. The best sounds for concentration are natural and unpredictable. Ambient electronic music tends to work well at blocking out noise yet it doesn’t create a distraction.

Use a common code for headphones – Earphones serve as a visual cue to your colleagues so they do not bother you unless absolutely necessary. Have a common "code" that symbolizes the unavailability.

Example:

  • Two earpieces mean "Leave me alone. I'm focusing. "
  • Only one earpiece means "Ask before interrupting me. "
  • Without earphones means "You can interrupt me"

 Reserve a “Do Not Disturb” block of time

Trying to get things done and simultaneously be available for others imposes a heavy “cognitive load”. To counteract this, set aside a block of time every day when you’re not to be disturbed so you can concentrate on your work without distraction and focus on your top priorities. You can go to the "Quiet" space or put on your headphones. You can collaborate with and help colleagues during the rest of the day.

Be green

Well-placed plants have proven effective in reducing noise levels in an open office setting. The larger the plant, the bigger the impact - not to mention the appeasing benefits and overall impact on air quality.

Raise the issue with tact

When the “agreed-upon” rules and norms are not followed don’t suffer in silence, but don’t snap by screaming “Can you just shut up” either, try a gentle:

  • “Can you take it down a notch please? "
  • "Please keep it down. I know you probably don't realize it, but it's really distracting."
  • "I’m having trouble concentrating while you are talking. I’d be so grateful if you could take the conversation down the hall."

.. most of the time, people don’t realize how loud they’re being, and they'll probably appreciate a gentle reminder. Do it with a smile, and in just about every occasion, no one will get offended. Be direct and diplomatic, but never attack someone personally.

Encourage a compromise

This doesn’t have to be an all-or-nothing proposition. If you have tried these suggestions but haven’t gotten the results you were hoping for, you don’t need to hand over your resignation letter. It might be time to start a conversation with your manager about finding a happy medium.  A solution that can improve your productivity while still being part of the team. Maybe doing some of the work remotely, having flexible hours to come in earlier or staying later, or simply moving desks. Finding an alternative might be a challenge, but it’s not impossible.

  1830 lectures
1830 lectures

Comment survivre à un environnement de travail à aire ouverte

Il y a actuellement un débat sur le pour et le contre des espaces de travail partagés. Selon certaines études, ils sont un terrain de jeu propices à la collaboration, à l’innovation, à la créativité et la camaraderie, où les idées affluent et les problèmes se résolvent rapidement. D’autres études plus récentes suggèrent que ces espaces de travail à aire ouverte représenteraient non seulement une source de déconcentration, au détriment de la productivité, mais également une source de stress, de conflit et de roulement important du personnel. Plus que jamais, les employés travaillant dans ces bureaux semblent s’éviter les uns les autres, s’isoler et utiliser la messagerie instantanée ou les courriels pour communiquer.

L’intention était bonne au départ, mais l’espace de travail à aire ouverte est plein de distractions et peut devenir un cauchemar quotidien. Les personnes qui parlent lorsque vous êtes au téléphone, un bruit de fond constant quand votre attention est requise, des collègues qui parlent fort, des personnes qui rient, qui toussent, qui crient, des téléphones cellulaires qui sonnent ou bipent sans cesse… Rester concentré dans un espace de travail bruyant est un vrai défi.

Les entreprises adoptent de plus en plus souvent un espace de travail à aire ouverte ; il est donc important de développer des stratégies de survie pour rester productif tout en évitant les tensions. Voici quelques suggestions :

Ayez une discussion d’équipe

Ayez une conversation avec votre superviseur et votre équipe sur la façon dont vous pouvez travailler de façon optimale dans un espace à aire ouverte. Convenez ensemble des règles et normes. Par exemple :

  • Quand un collègue est au téléphone, les autres parleront à voix basse.
  • Quand le téléphone sonne, la conversation devrait s’arrêter automatiquement.
  • Les conversations téléphoniques sur haut-parleur devront avoir lieu dans les salles de conférence.
  • Déplacez-vous vers un autre espace pour collaborer ou partager.
  • Établissez un « code » avec votre casque d’écoute ou vos écouteurs, pour signifier votre disponibilité.
  • Utilisez le règlement de bibliothèque.

Dédiez un espace « calme »

Une fois de temps en temps, il est bon de s’échapper dans une espace calme au sein même de votre bureau. Ces espaces tranquilles sont devenus si populaires que certaines entreprises intègrent dans leurs locaux des « salles de travail privées ». En effet, même si les salles de conférence offrent d’excellents espaces tranquilles, elles ne sont pas toujours disponibles. Au bureau, cherchez et identifiez les espaces privés dans lesquels vous pouvez vous isoler, être seul et silencieux, un endroit où vous pouvez réfléchir et vous concentrer sans aucune distraction.

Dédiez un espace « collaboration »

Lorsque vient le temps de la collaboration ou du remue-méninge, un changement de cadre peut aider.  Disposez une grande table centrale “communautaire”, autour de laquelle les conversations et les idées ont libre cours.  Encouragez vos collègues à aller dans cette salle lorsque les discussions autour des bureaux à cloison commencent.

Créez un « mur virtuel »

Utilisez des signes et signaux – si vous avez fréquemment besoin de périodes de temps de travail sans interruption, vous devriez établir un signal pouvant servir d’indice visuel à vos collègues et signifiant que vous ne devez pas être interrompu sauf en cas de nécessité absolue.

Achetez un casque d’écoute à réduction du bruit – pour les moments où vous travaillez sur quelque chose qui requiert de la concentration. Vous pouvez écouter du bruit blanc, de la musique classique ou quoi que ce soit qui vous aide à vous sentir au mieux et accomplir votre travail. Les sons les plus appropriés pour la concentration sont des bruits de la nature et des bandes sonores inconnues. La musique d’ambiance électronique semble fonctionner pour bloquer les bruits extérieurs sans pour autant créer une distraction.

Utilisez un code commun pour les casques d'écoute – Les écouteurs servent de repère visuel à vos collègues pour qu’ils ne vous dérangent pas sauf si cela est absolument nécessaire. Ayez un « code » commun qui symbolise la non-disponibilité.

Exemple :

  • Deux oreillettes signifient « Laissez-moi tranquille. Je me concentre. »
  • Une oreillette seulement signifie « Demandez avant de m'interrompre. »
  • Sans écouteurs signifie « Tu peux m’interrompre »

 

Réservez un bloc de temps « ne pas déranger »

Essayer de faire avancer les choses tout en restant disponible pour les autres implique une lourde « charge cognitive ». Pour contrecarrer cet aspect, réservez chaque jour un bloc de temps pendant lequel vous ne devrez pas être dérangé, afin de vous consacrer à votre travail sans distraction et vous concentrer sur vos priorités. Vous pouvez aller dans l’espace « calme » ou mettre votre casque d’écoute. Le reste de la journée, vous pouvez collaborer avec vos collègues ou les aider.

Utilisez du « vert »

Il est prouvé que certaines plantes vertes bien placées réduisent le niveau de bruit dans un espace à aire ouverte. Plus grande est la plante plus son impact sur le bruit ambiant sera important – cela sans même mentionner les effets bénéfiques d’apaisement et sur la qualité de l’air.

Soulevez le problème avec tact

Lorsque les règles ou normes établies ne sont pas respectées, inutile de souffrir en silence mais ne vous emportez pas pour autant en criant « Pouvez-vous enfin vous taire? ». Essayez de demander gentiment :

  • « Pourriez-vous baisser d’un ton s’il vous plait? »
  • « S’il vous plait, faites un peu moins de bruit. Je sais que vous ne réalisez probablement pas mais c’est vraiment gênant ».
  • « J’ai du mal à me concentrer pendant que vous parlez. J’apprécierais vraiment si vous pouviez aller discuter un peu plus loin ».

… La plupart du temps, les gens ne réalisent pas à quel point ils parlent fort, ils apprécieront donc probablement un rappel aimable. Faites-le avec un sourire et c’est presque certain que personne ne se sentira offensé. Soyez direct et diplomatique, mais n’attaquez jamais personnellement.

Encouragez le compromis

Ces propositions ne sont pas obligatoirement à considérer comme un « tout ou rien ». Si vous avez essayé ces suggestions mais n’en avez tiré aucun résultat satisfaisant, vous n’êtes pas obligé de rédiger votre lettre de démission. Ce serait peut-être, le cas échéant, l’occasion d’initier une conversation avec votre gestionnaire afin de trouver un juste milieu. Une solution qui vous permette d’améliorer votre productivité tout en restant partie intégrante de l’équipe. Pourquoi ne pas faire une partie du travail à distance, avoir des heures de travail flexibles, arriver plus tôt ou partir plus tard, ou encore changer de bureau ? Trouver une alternative peut s’avérer un défi mais n’est pas impossible.

  2197 lectures
2197 lectures

Les participants le disent…


« Vraiment une formation extraordinaire, et habituellement, je suis très critique! Tout le personnel devrait suivre cette formation, il y aurait un gain d’efficacité! »

Ville de Québec

Témoignages des participants

…et nos clients aussi!

« C’est avec un grand professionnalisme que l’entreprise a offert une formation attrayante et de qualité à nos employés. Nous sommes particulièrement satisfaits des résultats obtenus grâce à cette intervention et il nous fera plaisir de retravailler avec Solutions & Co. dans l’avenir. »

Xavier Aymé, Chef des opérations | Mercator Canada Inc.

Témoignages des clients

Prêt à passer à l’action?

Contactez-nous pour planifier votre formation

;