Organisme Formateur agréé par Emploi-Québec - Agrément # 0057911

Le blogue de Solutions & Co.

Le blogue de Solutions & Co.

Les clients difficiles

Il est facile de travailler avec des gens qu’on apprécie ; cela l’est encore plus avec des gens qui vous apprécient. Mais ce n’est pas toujours ce qui se produit et, tôt ou tard, vous aurez à affronter un client difficile.

Il existe plusieurs types de clients difficiles, mais le type le plus difficile est fort probablement le client furieux. Il s’agit d’une personne convaincue d’avoir été lésée et qui, par conséquent, elle est en colère et émotive.

Voici quelques points à se rappeler lorsque l’on a affaire à un client difficile.

  • Respectez le client. Après avoir eu affaire à plusieurs clients déçus (ou furieux), il est facile d’oublier que leur problème leur semble unique. Assurez-vous de ne pas laisser vos propres frustrations influer sur la façon dont vous témoignez du respect à chaque client.
  • Écoutez pour comprendre et non pour argumenter. La plupart d’entre nous font toujours face aux mêmes plaintes jour après jour ; nous avons donc tendance à arrêter d’écouter pour nous mettre à argumenter.
  • Soyez sensible à la situation dans laquelle votre client se trouve. Rappelez-vous que son problème est la chose la plus importante pour lui en ce moment. Souvent, nous n’utilisons même pas le produit ou le service que nous offrons. Il nous faut alors faire un effort pour visualiser la situation du point de vue du client.
  • Faites preuve de sympathie. Sans nécessairement donner raison au client, trouvez quelques points d’entente. « Si j’étais à votre place, je crois que je réagirais de la même manière. »
  • Servez-vous du nom du client. Selon la nature de votre travail et les circonstances, demandez à utiliser son prénom. Servez-vous du nom du client chaque fois que la situation s’y prête. Cela vous humanise et réduit souvent l’animosité du client.
  • Essayez d’aider. Remarquez bien que nous n’avions pas parlé de réponse à la plainte avant ce point. Avant d’aborder la plainte, essayez d’établir un rapport avec le client et cherchez à le comprendre. Ensuite, cherchez des solutions créatives en réponse à ses inquiétudes.
  • Rappelez-vous que ce n’est pas personnel. Il est rare que le problème vous concerne directement. Il s’agit presque toujours du produit, du service ou de l’entreprise, pas de vous.

Dans ces types de rencontres, et plus particulièrement dans les situations difficiles, il est utile de se souvenir que chaque personne est différente, pas difficile. Changer ses modes de comportement demande beaucoup de courage, mais cela vaut toujours le coup.

L’intelligence émotionnelle en tant que compétence en leadership

La plupart d’entre nous avons appris à tenir les sentiments loin du travail ; on nous a répété inlassablement que le processus décisionnel doit se fonder sur le raisonnement logique et objectif.

La recherche sur le leadership nous apprend que le manque d’entregent et l’incapacité de s’adapter constituent les deux facteurs principaux dans le déraillement d’une carrière. 

De nos jours, un nombre croissant de scientifiques pensent que la compréhension et l’utilisation judicieuses des sentiments peuvent jouer un rôle primordial dans notre croissance en tant que travailleurs efficaces et meilleurs communicateurs.

Qu’on le veuille ou non, un dirigeant se doit de gérer l’atmosphère qui règne dans son organisation. Les dirigeants les plus doués accomplissent cet exploit grâce à un mystérieux dosage d’aptitudes psychologiques que l’on appelle l’intelligence émotionnelle.

Qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle (IE)?

L’intelligence émotionnelle englobe:

  • L’aptitude à être conscient de soi, à se comprendre et à s’exprimer ;
  • L’aptitude à être conscient des autres, à les comprendre et à établir des rapports avec eux ;
  • L’aptitude à gérer les émotions fortes et à contrôler ses impulsions ;
  • L’aptitude à s’adapter au changement et à régler les problèmes d’ordre personnel ou social.

Des chercheurs ont utilisé des tests de performance pour mesurer le degré de précision des personnes dans l’identification et la compréhension des sentiments. Les personnes qui ont obtenu les meilleures notes à ces tests sont effectivement différentes des autres.

Dans le milieu des affaires, elles semblent plus aptes à faire face aux plaintes des clients ou à jouer le rôle de médiateur dans une dispute ; elles peuvent aussi exceller dans l’établissement de relations personnelles positives et durables avec leurs subalternes et leurs clients.

Inné ou acquis ?

Les recherches suggèrent que l’intelligence émotionnelle tient à la fois de l’inné et de l’acquis. Résultant en partie d’une prédisposition génétique, de l’expérience de vie et de l’entraînement, l’intelligence émotionnelle adopte des degrés divers d’un dirigeant à l’autre. On peut apprendre et accroître l’intelligence émotionnelle à tout âge. D’ailleurs, les données montrent que, si l’intelligence cognitive (QI) se stabilise en moyenne vers l’âge de 10 ans, l’intelligence émotionnelle, elle, tend à s’accroître avec l’âge.

QI (quotient intellectuel) vs QE (quotient émotionnel)

On peut être un dirigeant talentueux avec peu d’intelligence émotionnelle. Si vous êtes incroyablement brillant, vous serez en mesure de compenser votre absence d’intelligence émotionnelle, jusqu’au jour où les choses tourneront mal pour l’entreprise. Vous vous retrouverez alors avec un capital social insuffisant pour tirer le meilleur de votre équipe dans des conditions de tension extrême. L’art du leadership soutenu consiste à obtenir que les autres travaillent plus fort ; ce qui est impossible avec seulement un QI élevé.

Comment accroître votre intelligence émotionnelle

Une personne qui le désire vraiment peut développer son intelligence émotionnelle. La question centrale n’est pas l’incapacité à changer, mais le manque de motivation à changer.

Le dirigeant motivé à accroître son intelligence émotionnelle sera en mesure de le faire s’il obtient les informations, les conseils et le soutien adéquats.

  • L’information dont il a besoin consiste en une franche évaluation de ses forces et de ses limites ; cette évaluation doit venir de personnes qu’il connaît bien et en qui il a confiance.
  • Les conseils dont il a besoin consistent en un plan de développement précis qui utilise des situations naturelles en milieu de travail comme laboratoire d’enseignement.
  • Le soutien dont il a besoin consiste en quelqu’un à qui parler lorsqu’il s’exerce à affronter diverses situations, à trouver une solution lorsqu’il commet une erreur et à tirer des leçons de ces revers.

Le dirigeant qui exploite ces ressources et s’exerce continuellement peut développer des compétences en intelligence émotionnelle bien précises, des compétences qui lui profiteront pendant longtemps.

Faites attention et soyez prudent

On ne peut pas avoir trop d’intelligence émotionnelle, mais il peut être dangereux de se préoccuper d’une seule de ses facettes ou de la surutiliser. Faites attention à ne pas accorder trop d’importance à l’une ou l’autre facette de l’intelligence émotionnelle ; car si ces compétences sont développées de façon disproportionnée, elles peuvent interférer dans vos relations interpersonnelles. L’équilibre est essentiel.

Ne feignez pas ! En faisant semblant, vous conservez l’EI au niveau du travail. Les gens doivent pouvoir établir un rapport émotionnel flexible pour que cela réussisse.
Lorsqu’elle est utilisée avec sagesse et compassion, l’intelligence émotionnelle aide les dirigeants, leurs employés et leurs organisations à mieux performer ; une utilisation naïve ou mal intentionnée peut paralyser un dirigeant ou lui permettre de manipuler ses subalternes pour son profit personnel.

Leadership et intelligence émotionnelle

Le vrai leadership commence par une profonde connaissance de soi. On ne naît pas avec cette faculté, elle doit être développée tout au long de notre vie. C’est la compréhension de vos forces et de vos faiblesses, de votre but dans la vie, de vos valeurs et de vos motivations, de vos réactions aux situations et des raisons qui vous font réagir ainsi. Cela nécessite beaucoup d’introspection et d’intégrité, ainsi qu’une grande aptitude à accepter les commentaires des autres.

Le leadership paire l’intelligence émotionnelle avec le courage de poser les questions difficiles. Cela demande un engagement au service de l’autre, une aptitude au raisonnement diagnostique, stratégique et tactique, la volonté de regarder au-delà des réalités difficiles, ainsi que le courage d’affronter la pression et les ennuis.

Plusieurs personnes possédant une grande intelligence émotionnelle et une autorité charismatique ne voient pas l’intérêt d’explorer les questions plus profondes, simplement parce qu’elles retirent déjà beaucoup de gains émotionnels de la foule adoratrice. Et c’est là leur objectif. Ces personnes satisfont leurs soifs et leurs vulnérabilités : leur besoin d’être aimé, leur soif de pouvoir et de contrôle ; ou leur besoin d’être désiré, de se sentir important, ce qui les rend vulnérables au grandiose. Mais tout cela n’est pas du leadership. C’est une soif d’autorité.

Nous savons depuis l’époque des Grecs que tout dirigeant doit d’abord chercher à contrôler ses propres passions s’il espère un jour commander aux passions des autres.

Le leadership est une question de comment-être et non de comment-faire.Les sentiments d’un dirigeant sont contagieux. Si un leader rayonne d’énergie et d’enthousiasme, son organisation prospère ; s’il répand des ondes négatives et dissonantes, elle périclite. L’intelligence émotionnelle montre aux dirigeants la bonne direction dans laquelle orienter leurs sentiments afin d’obtenir un impact positif sur les profits ou la stratégie d’affaires.

Des études récentes montrent que l’intelligence émotionnelle pourrait constituer l’élément le plus important du leadership. Mais ce qui est encore plus important, c’est que le développement de l’intelligence émotionnelle crée des dirigeants complets : des dirigeants qui possèdent une bonne connaissance d’eux-mêmes et des autres, et qui modèlent leur manière d’être de façon à remodeler leur performance et celle de leur organisation.

Sources :
Primal Leadership, par Daniel Goleman, Richard Boyatzis, Annie McKee
The EQ Edge, par Dr. Reuben Bar-On
Leading by Feel, par le Harvard Business School Publishing

Une meilleure façon de négocier

Qu’on doit négocier le prix avec un fournisseur, un salaire ou des échéanciers avec un client, des bonnes habiletés en négociation sont indispensables au succès de votre entreprise.

La définition de négociation dans le dictionnaire est « Ensemble des démarches et des discussions en vue de parvenir à un accord ».  Malheureusement, dans le monde d’aujourd’hui, beaucoup de gens interprètent la négociation comme étant la capacité de persuader d’autres gens à accepter leur point de vue. 

Une meilleure façon de négocier est de: IDENTIFIER LES BESOINS DE L’AUTRE ET TENTER DE LES ATTEINDRE SANS PERDRE DE VUE VOS PROPRES OBJECTIFS.

Voici quelques techniques et stratégies de négociation, pour vous aider à négocier efficacement et avec succès.

Séparez les gens du problème

Dissocier les questions relationnelles des questions réelles, et les traiter séparément. Les obstacles personnels ont tendance à exposer des problèmes de perception, d’affectivité et de communication. Les chances d’une collaboration mutuelle augmentent si nous envisageons le problème comme ayant besoin d’être résolu, plutôt de considérer que quelqu’un avec un point de vue contraire doit être vaincu.

Pratiquez l’Écoute Active

L’Écoute Active exige que les personnes écoutent activement et avec soin–poser des questions et confirmer les interprétations pour s’assurer qu’ils comprennent ce que l’autre personne exprime. Souvent dans les situations conflictuelles, on écoute à peine. Plutôt, pendant que l’adversaire parle, ont est occupé à préparer notre propre réponse. Ceci suscite fréquemment des malentendus. Observer impartialement peut vous transformer en un négociateur plus efficace

Concentrez-vous sur les intérêts et non sur les positions,

Identifiez les intérêts en jeu des parties participantes. Négocier sur les intérêts signifie négocier au sujet de ce que les gens veulent et ont besoin vraiment, et non ce qu’ils disent qu’ils veulent ou ont besoin. Souvent, les intérêts sont compatibles, même quand les positions ne le sont pas. Les gens ont tendance à prendre des positions extrêmes qui sont conçues pour contrecarrer leurs adversaires. Se concentrer sur les intérêts permet d’identifier des solutions GAGNANT-GAGNANT. Ne demandez pas seulement « Qu’est-ce qu’ils veulent ?” Il est aussi essentiel de demander, « Pourquoi est-ce qu’ils le veulent?” Également important – et souvent plus difficile – se poser les mêmes questions au sujet de vos propres intérêts. Souvenez-vous: les gens disent  » No » quand leurs intérêts ne sont pas comblés.

Développez des solutions pour des bénéfices mutuels

Les négociateurs devraient chercher des nouvelles solutions  qui permettront aux deux parties de gagner, sans se disputer. Oubliez les positions primitives qui supposent que pour qu’un côté gagne l’autre côté doit perdre. Plus vous comprenez les intérêts des autres, plus vous rehaussez votre capacité de les influencer. Une fois que vous savez quels buts, inquiétudes et objectifs ils cherchent à satisfaire–vous pouvez développer des réponses en mesure de satisfaire leurs intérêts aussi bien que les vôtres. Se souvenir : Un accord qui satisfait mutuellement est durable à long-terme.

Insistez sur les critères objectifs

Insistez sur l’utilisation de critères objectifs pour prendre des décisions. Si un objectif basé sur du concret et l’équité peut être trouvé, il peut grandement simplifier le processus de négociation. Cela donne plus de direction aux deux côtés et rend difficile l’opposition. Sollicitez le raisonnement derrière les suggestions de l’autre partie. Utilisez leurs raisonnements pour soutenir votre propre position – ça peut être une façon puissante de négocier.

Sachez ce qu’est une Réussite

Avant que vous commenciez une négociation, sachez  quelles sont vos options et vos conditions. Quels choix avez vous? Quels sont les pour et les contre de chaque choix? Quel est votre meilleur scénario? Quel est votre pire scénario? Une simple révision de vos intérêts vous aidera à déterminer votre plage acceptable de règlement (votre marge de manœuvre). Si vous pouvez atteindre un accord à l’intérieur de cette plage – c’est une Réussite! N’arrêtez pas ici.- considérez aussi la plage acceptable de règlement de l’autre partie.

La préparation est Cruciale

Tous les conseils précédents exigent que vous investissiez du temps dans la préparation avant même que la négociation commence. Vous avez le contrôle complet sur le temps et la qualité de votre préparation—utilisez cet avantage sagement pour rehausser votre pouvoir dans la négociation.

Savourez le Processus

La négociation est un processus composé d’étapes prévisibles, cela ne garantit pas que vous réussirez toujours ou que vous vaincrez des obstacles difficiles chaque fois. Mais, vous ferez plus de progrès que vous pensiez possible initialement. La pratique facilitera le processus et vous découvrirez que négocier peut être agréable.

Se réaliser pleinement

Accueillons la nouvelle année… et une autre chance de se réaliser pleinement

Nous prenons tous quelques résolutions au début d’une nouvelle année. Pourquoi ne pas réinventer nos vies de façon à progresser ? Chacun d’entre nous possède plus de potentiel qu’il n’en utilise. Je crois sincèrement que les gens qui connaissent le plus de succès dans leurs vies personnelle et professionnelle sont justement ceux qui savent développer et optimiser leur potentiel. Chaque jour apporte son lot d’opportunités d’apprentissage. Selon l’écrivain Gary Zukav : « Votre vie est un voyage pour apprendre à vous connaître. »

Cette année, je vous propose d’être plus attentif sur ces quelques points :

Mettre sur papier un programme d’objectifs précis.

Un but aide à se diriger, à développer sa confiance en soi, à améliorer son estime de soi, à économiser du temps, à se concentrer, à diminuer les conflits, à améliorer ses décisions et à réduire la tension et le stress. Lee Iacocca a dit que « l’habitude de mettre quelque chose sur papier est le premier pas vers sa réalisation ». Vous devez mettre vos objectifs par écrit, l’écriture cristallise la pensée et  la pensée cristallisée pousse à l’action.

Prendre des engagements et les respecter.

Non seulement cela va-t-il rehausser l’estime de vous-même, mais les autres vous tiendront aussi en plus haute estime. Pour que l’on vous fasse confiance, vous devez être digne de confiance. Si vous vous engagez et respectez vos engagements sur une base régulière, les autres auront confiance en vous et vous épauleront dans vos projets.

Accepter vos responsabilités personnelles.

Il est facile d’imputer votre échec ou votre manque de succès sur les circonstances, les obstacles ou les autres. Si vous acceptez le fait que vous êtes responsable de vos choix, vous verrez les circonstances changer, les obstacles s’évanouir et les autres vous appuyer.

Sortir de votre zone de confort.

Pour accomplir plus ou être plus, vous devrez FAIRE plus. Et cela veut dire que vous devrez sortir de votre zone de confort, élargir vos horizons et grandir. Vous en tirerez des avantages qui compenseront largement l’inconfort ressenti.

Augmenter votre estime de soi.

Vous pouvez augmenter votre estime de soi en apprenant à vous apprécier, en reconnaissant vos forces et vos réalisations et en vous concentrant sur ce que vous voulez accomplir, plutôt que sur ce que vous n’accomplissez pas. Dressez une liste de ce que les autres disent de positif à votre sujet. Si vous croyez en vous-même, les autres croiront en vous. L’ampleur de vos réalisations et de votre succès dépend directement de l’estime que vous vous portez.

Apprendre à en faire plus en moins de temps.

Nous disposons tous d’une quantité limitée de temps. En utilisant les techniques de gestion du temps adéquates pour en faire plus en moins de temps, vous serez en mesure d’atteindre vos objectifs plus rapidement.

Libérer consciemment votre potentiel.

Quand vous allumez une lampe, l’interrupteur ne produit pas de l’électricité ; il ne fait que libérer l’électricité qui était déjà là. Il en va de même de votre potentiel. Imaginez votre potentiel se faisant libérer, puis faites ce qu’il faut afin d’utiliser ce potentiel d’une manière constructive.

Apprendre à garder le contrôle.

Nous contrôlons plus d’aspects de notre vie que nous ne le croyons. Nous pouvons décider d’une grande partie de notre temps libre, de la façon dont nous dépensons notre énergie, de notre attitude, de nos pensées et de notre imagination, de ce que nous disons, de la façon dont nous le disons, de notre apparence, de notre comportement, de nos modèles à suivre, des personnes avec qui nous partageons nos loisirs, de nos engagements, de nos inquiétudes, de notre réaction aux moments et aux gens difficiles, et de nos relations interpersonnelles.

Cette année, prenez la résolution d’être plus attentif à votre vie, cherchez à vous réaliser pleinement, faites un meilleur usage de votre potentiel et profitez d’une vie riche en bonheur et en succès.

Bonne année !

Les Trois “S” de la Communication

Communiquer efficacement est une partie importante de notre vie quotidienne, en affaires, dans vos relations avec la famille et les amis, et dans la plupart de vos rencontres journalières.

Bien que la vitesse de la communication ait augmenté dramatiquement ces dernières années avec la prolifération des téléphones cellulaires, les courriels et l’Internet, les principes restent les mêmes et  deviennent même plus importants. Les trois mots les plus importants dans la communication débutent tous avec la lettre “S”:

Simplicité, Sincérité et Silence.

Simplicité et brièveté vont main dans la main et sont presque synonymes. La complexité semble éveiller l’inquiétude et ferme les portes à la communication. Les maîtres d’élocution nous disent qu’élaborer plus de trois points majeurs est inutile. Les audiences peuvent retenir seulement d’un à trois points, mais leurs esprits commenceront à se fermer lorsque vous dépassez ce seuil. La communication face-à-face répond aux mêmes exigences. La simplicité est une condition préalable importante pour la concentration. La complexité mène à la confusion et éparpille le but. Quand vous observez les athlètes de la classe mondiale ou les artistes, vous remarquerez qu’ils fractionnent quelque chose qui paraît complexe dans des techniques simples, répétables. En réduisant chaque problème et chaque défi de communication dans ses termes les plus simples, vous réussirez.

La sincérité est très importante parce qu’elle crée la confiance. Sans confiance, il ne peut y avoir aucune communication car il n’y aura aucune union des esprits. Lincoln a dit: “Si vous voulez gagner un homme à votre parti, en premier lieu il faut le convaincre que vous êtes un ami sincère.”  Nous avons tous entendu: “Donnez une appréciation honnête, sincère” ou “S’intéresser à l’autre personne sincèrement” et “Soyez sincère! .” Dans notre économie globale, orientée vers les services, la sincérité est plus importante que jamais. L’argent est le service différé, et aucun vrai service ne prend place sans sincérité.

Silence!  Le silence donne l’occasion de poser des questions à l’autre personne. Sans questions, vous ne découvrirez jamais la question “clé ”. Le silence permet aussi à l’autre personne de penser sans interruption.

Écouter est une façon de montrer aux autres que vous vous intéressez à eux sincèrement et à ce qu’ils doivent dire.

Savoir écouter est une qualité importante d’un bon communicateur.

Le fait de « Communiquer » ne signifie plus seulement transmettre. Il signifie aussi ( de ‘’communicare ‘’) : mettre en commun, échanger, partager, se consulter, conférer, participer à… En effet, le mot communication apparaît plus valorisant que celui d’information. Puisque, en réalité, l’information recouvre le processus de transmission entre un émetteur et un récepteur (elle ne préjuge en rien un retour en échange). La communication en revanche se nourrit d’échange d’informations entre interlocuteurs (chacun étant à son tour émetteur et récepteur).

Souvenez-vous d’utiliser les trois “S” de la communication – SIMPLICITÉ, SINCÉRITÉ et SILENCE.

Ils s’appliquent à la communication improvisée aussi bien qu’à la présentation plus formelle. Pensez au vieux dicton: “Il n’y a plus fausse communication que de supposer que la communication a eu lieu.”

Mots-clés :

Les participants le disent…


« Vraiment une formation extraordinaire, et habituellement, je suis très critique! Tout le personnel devrait suivre cette formation, il y aurait un gain d’efficacité! »

Ville de Québec

Témoignages des participants

…et nos clients aussi!

« C’est avec un grand professionnalisme que l’entreprise a offert une formation attrayante et de qualité à nos employés. Nous sommes particulièrement satisfaits des résultats obtenus grâce à cette intervention et il nous fera plaisir de retravailler avec Solutions & Co. dans l’avenir. »

Xavier Aymé, Chef des opérations | Mercator Canada Inc.

Témoignages des clients

Prêt à passer à l’action?

Contactez-nous pour planifier votre formation

Contactez-nous par téléphone au 514 365-8397, par courriel au info@solutionsandco.com ou remplissez le formulaire ci-contre et nous communiquerons avec vous dans les plus brefs délais pour discuter de votre projet de formation.

Form by ChronoForms - ChronoEngine.com